Lutte contre varroa en saison

Effet de l'application d’acide oxalique en saison sur des essaims hors couvain                         


Dans cette expérimentation nous nous sommes intéressés plus particulièrement à la sublimation de l'AO sur des essaims hors couvain en remérage, pour tester l'utilisation d'un nouvel appareillage : le sublimox.


L'acide oxalique a été appliqué avec des températures se situant vers 16°C. Sur 30 essaims en remérage naturel (hors couvain) un lot témoin, un lot AO par dégouttement et un lot AO par sublimation ont été établi par tirage au sort. Une visite de chaque lot a été réalisée avant le début de l'expérimentation pour contrôler l'homogénéité des lots :

- Vérification de l'absence de couvain operculé dans l'essaim.

- Prélèvement de 200g d'abeilles pour estimer la pression de varroa pour chaque colonie.


A la fin de la visite le traitement est effectué sur les ruches sélectionnées.

Trois jours après le traitement, un prélèvement de 200g d'abeilles a été réalisé pour observer l'effet des traitements sur la pression en varroa phorétique pour chaque colonie.


Les résultats de ces essais sont présentés lors des journées techniques de l'ADAPI ainsi que dans les bulletins.


Effet de l'application d’acide formique en saison sur le taux de varroas phorétiques et la production de miel de lavande


Depuis plusieurs années, les apiculteurs observent des symptômes de la varroose dans leurs colonies de plus en plus tôt en saison. Ces symptômes qui peuvent être liés à un niveau élevé d’infestation peuvent engendrer, en cours de saison, des baisses de production de miel, voire même un effondrement des colonies.

De plus, les mesures de varroas phorétiques réalisées dans le cadre de l’observatoire des éventuelles dépopulations de ruches sur la miellée de lavandes (ADAPI-INRA) ont mis en évidence un effet négatif de la charge en varroa sur l’activité des colonies durant la miellée de lavandes.


 

Pour mieux préparer la colonie à la miellée de lavande un traitement en saison pour abaisser le nombre de varroa dans la colonie pourrait être envisagé. Mais tous les moyens de lutte contre le varroa ne sont pas adaptés à une utilisation pendant la saison de production. Les traitements à base de thymol ou d’amitraze à ce moment de l’année sont inappropriés du fait de la proximité des miellées et des risques potentiels de résidus dans les miels et d’affaiblissement des colonies liés à l’application de thymol. En revanche, l’acide formique (AF) en traitement ponctuel dit « flash » pourrait être un moyen de lutte adapté en saison. Par contre son utilisation requiert la plus grande attention. Ce produit peut être salvateur comme destructeur, tout étant une question de dosage et de conditions d’emploi.

 

En saison, l’AF flash est le mode d’application le plus communément utilisé. La méthode flash est une évaporation rapide de l'AF par opposition aux méthodes reposant sur la diffusion lente.


L’objectif de l’étude consiste à tester l’impact d'un traitement flash unique à l’acide formique un mois avant la miellée de lavandes sur le varroa et la prise de poids des colonies lors de cette miellée.


Cette expérimentation a été réalisée initialement en 2009, puis répétée en 2010 et améliorée et reconduite en 2011.

 

Six ruchers de 5 apiculteurs différents ont été sélectionnés. Sur chaque rucher, 2 lots de 20 ruches sont identifiés : lot « traité AF » & lot « témoin ». L’application unique d’AF est réalisée entre le 15 et 30 mai, à un moment où les colonies sont en transition entre deux miellées. Une seule application de 30 ml d'acide formique à 60 % sur la tête des cadres est effectuée sur une éponge plate de ménage (10x10x0.5 cm) entre le corps et la hausse (la hausse joue le rôle de chambre d'évaporation).

 

La population en varroa phorétique a été suivie par prélèvement de 300 grammes d’abeilles, cette méthode permet d'obtenir le ratio de référence du nombre de varroas phorétiques pour 100 abeilles. Notons que cette donnée n'indique pas dans l’absolu le niveau d'infestation en varroa de la colonie. Il est un indicateur de la pression en varroa à un instant t.

Trois prélèvements ont été effectués: un pour évaluer le taux de varroa phorétique avant le traitement (J0), un à J7 pour mesurer l’effet du traitement flash, puis un à la fin de la miellée de lavandes (J récolte) pour mesurer l'impact du traitement sur le long terme.

L'impact du traitement sur la récolte de miel de lavandes a été mesuré en pesant les hausses de chaque ruche du dispositif à l’aide d’une balance à la récolte de miel de lavandes (fin juillet, début août). La comparaison de la production de miel des deux lots indique si le traitement à l’acide formique, 1 mois avant la miellée, a un impact bénéfique, négatif ou nulle sur la production de miel.

 

Parallèlement pour connaitre l'impact du traitement sur la qualité du miel, 7 jours après le traitement à l'AF, 18 prélèvements de miel ont été réalisés dans 3 ruchers de l'expérimentation. Par rucher, 6 échantillons ont été prélevés dans 3 ruches témoins et 3 ruches AF aléatoirement. Ces échantillons sont analysés pour la recherche de trace d'AF dans le miel.


 

Les résultats de ces essais sont présentés lors des journées techniques de l'ADAPI ainsi que dans les bulletins.